Préserver la qualité de son air intérieur

Respirer un air de qualité chez soi n’est pas un luxe, mais une nécessité. En plus du CO2 et de l’humidité produits lors de la respiration, plusieurs types de polluants peuvent être présents dans des lieux fermés, et leurs conséquences sur la santé ne sont pas anodines : ils provoquent de l’asthme, des allergies, et peuvent même favoriser l’apparition de cancers ou de maladies cardio-vasculaires. Des gestes simples permettent toutefois de limiter l’exposition à ces substances toxiques.

Les gestes à adopter :

  • Aérer tous les jours : la circulation naturelle de l’air est essentielle pour évacuer les polluants dus aux activités humaines et aux équipements de la maison. Quelques minutes suffisent pour renouveler l’air, mais il faut le faire toutes les deux heures lorsque l’on occupe une pièce.
  • Évacuer l’humidité excessive : par exemple, en privilégiant l’extérieur ou une pièce bien ventilée pour faire sécher votre linge.
  • Sélectionner vos produits ménagers ou de bricolage : les Écolabels publics, comme l’Écolabel Européen, l’Écolabel Nordique, ou encore l’Ange Bleu, signalent des produits limitant leurs impacts sur l’environnement (Lire la fiche de l’ADEME sur les produits ménagers)
  • Entretenir les bouches de ventilation (entrées d’air et orifices d’extraction) et changer les filtres de sa ventilation si elle en est équipée (double flux)
  • En cas de rénovation : étudier la possibilité d’installer une ventilation adaptée (simple flux répartie, double flux,…)

Les gestes à éviter :

  • Utiliser des produits odorants : les sprays désodorisants ou l’encens émettent aussi des substances chimiques et des polluants nocifs.
  • Bloquer les orifices d’aération : il est important de maintenir des circulations d’air suffisantes pour renouveler celui-ci.
  • Stocker des produis émissifs mal refermés (bidons d’essence, peintures, etc…) dans le ligement ou une pièce attenante (garage, cave,…).
  • Fumer à l’intérieur de son logement.

Pour assainir l’air de leur intérieur, certains optent pour des purificateurs d’air. Toutefois, les tests menés sur ces appareils présentent un bilan mitigé : ils peuvent en effet être sources de sous-produits potentiellement nocifs. En l’absence de normes permettant de vérifier les performances et l’innocuité de ces purificateurs, il est donc préférable de se cantonner aux gestes du quotidien pour limiter la pollution de l’air intérieur.

> Pour en savoir plus, contactez le Conseil Info Energie le plus proche de chez vous

 

Les commentaires sont fermés.